Screen Shot 2022-05-24 at 5.43.40 PM.png

Share Your Story
-
Indigenous Racism in the Health Care System

Backgrounder: Wabano Centre for Aboriginal Health Report on Anti-Indigenous Racism in Health Care

 
Share Your Story Highlights Widespread Racism, Failure of Champlain Region Health Care Organizations to Meet Needs of Indigenous People

Indigenous-specific racism is deeply embedded in the history of colonization. It has led to the destruction of a way of life for Indigenous peoples in Canada. Most acutely, it has led to persistent racism and discrimination by health care providers and institutions across the country.

 

When it comes to accessing health care, Indigenous people continue to be denied services and kind and competent care. They’re forced to wait much longer than their non-Indigenous counterparts. They experience abuse by the very hands—doctors and nurses alike—who are supposed to help and heal them.

 

In short, they cannot access good health care at the same level as other Canadians.

These and other findings are explored in depth in a report authored by the Wabano Centre for Aboriginal Health in partnership with the Ottawa Aboriginal Coalition. The Share Your Story research project: Indigenous-Specific Racism & Discrimination in Health Care Across the Champlain Region, is a culmination of a five-year strategy undertaken by the Coalition and funded by Ottawa Public Health.

 

The report interweaves the stories of more than 200 Indigenous people and witnesses living across the Champlain region with the history and impacts of settler colonialism policies and practices. Despite the intent of Tommy Douglas, the founder of Medicare, that “the only test of our character that matters is how we look after the least fortunate among us,” key findings from the study of racism in the Champlain region highlight the widespread failure of the health care system in meeting the needs of Indigenous peoples. Of the 315 stories of anti-Indigenous racism collected in late 2018 and early 2019, the stories of racism were further validated and 91% were rated by Wabano’s research interviewers as clear case of anti-Indigenous racism based on criteria they developed. The participants themselves believe that negative stereotypes about Indigenous peoples shape how health service providers treat them.

 

The five common stereotypes are that Indigenous peoples are racially inferior; diseased, addicted, and mentally unwell; a burden; angry and aggressive; and bad parents.

Startlingly, the highest frequency of both overt and covert racism, negative stereotypes, and discrimination in the regional occurs in hospital emergency departments and maternity wards (70.8% in Ottawa and 65.2% in rural communities), followed by community health clinic settings and paramedics.

 

Specific findings:

76% of participants felt they could have received better service if they were able to hide their Indigenous identity (of these individuals, 93% have felt this way sometimes to always)


26% of all reported incidents of anti-Indigenous racism also included one or more types of discrimination based on gender, sexual orientation, age, or disability

 

78% reported that they sometimes or always experience anti-Indigenous racism in the health care system

 

59% felt their experiences of racism and discrimination had negatively impacted their physical well-being

 

73% felt their experiences of racism and discrimination had negatively impacted their mental well-being

 

69% indicated they reduced using the health care system as a result of racism and discrimination

Collectively, the findings clearly show that discrimination and racism are “real and part of everyday interactions with health professionals working in clinics, emergency rooms, maternity wards, social service referral agencies, and paramedic services within the Champlain region.”

 

The answer to combatting pervasive—indeed, escalating—anti-Indigenous racism is cooperative action between policy-and lawmakers; for these decision-makers to find and implement the following local and specific corrective actions:

A review of the education, training, and associated learning materials for health care and service providers to identify and address any gaps in cross-cultural awareness and understanding of historic trauma, and to target areas for priority training;

 

A review of hiring and promotion criteria and processes to ensure that Indigenous awareness is included and that racist and/or anti-Indigenous attitudes are identified; and

 

A review of supervisory practices, performance oversight, and evaluation to ensure that racist attitudes and behaviours are brought to light and addressed, with clear and timely consequences, and that meaningful pathways to change are created.

Wabano Centre for Aboriginal Health—and its Coalition partners—are making this an Ontario election issue by calling on political parties to sign a declaration to end racism in the health care system as a top priority. As well, the report urges that there be collaboration among all the players to develop systemic solutions as the only way to counter systemic problems; to incorporate and operationalize anti-racism goals as an integral part of service delivery. Ontario Health must work in partnership with local Indigenous leadership, Indigenous-led health organizations, and community members to review policies and procedures, and consider how to co-develop targeted initiatives to reduce harm and improve services to Indigenous clients.

The report ends with a comprehensive list of recommendations, clustered under themes (each with their own list of suggested actions and/or specific steps or measures). For a list of recommendations and actions, see the declaration.

OAC Logo.png

Document d’information : Rapport du Centre Wabano pour la santé des Autochtones sur le racisme dans le réseau des soins de santé

Le projet de recherche Raconte ton histoire met en évidence le problème généralisé de racisme dans les organismes de soins de santé qui œuvrent sur le territoire de la région de Champlain et l’incapacité de ces derniers à répondre aux besoins des peuples autochtones

Le racisme dirigé spécifiquement contre les Autochtones est profondément ancré dans l’histoire de la colonisation du pays. Pour les peuples autochtones du Canada, le racisme a eu pour conséquence la destruction de leur mode de vie. Plus grave encore, cette idéologie raciste a conduit à des problèmes persistants de racisme et discrimination de la part des fournisseurs de soins de santé et dans les établissements où ils travaillent partout au pays.

 

Lorsqu’il s’agit d’accéder à des soins de santé, les Autochtones continuent de se voir refuser des services et des soins compétents et empreints de compassion. De manière générale, ils doivent attendre beaucoup plus longtemps que leurs homologues non autochtones. Ils subissent des abus alors qu’ils tombent sous la main de ceux et celles – médecins et personnel infirmier – qui sont censés les aider et les guérir.

 

Bref, ils n’ont pas accès à des soins de santé de qualité au même titre que les autres Canadiens.

Un récent rapport produit par le Centre Wabano pour la santé des Autochtones en collaboration avec la Coalition autochtone d’Ottawa se penche en détail sur ces constatations et d’autres résultats. Le projet de recherche « Raconte ton histoire | Share Your Story, Le racisme et la discrimination envers les Autochtones dans les soins de santé offerts sur le territoire de la région de Champlain » marque l’aboutissement d’une initiative stratégique, s’échelonnant sur cinq ans, lancée par la Coalition autochtone d’Ottawa et financée par Santé publique Ottawa.  

 

Le rapport entrelace les éléments des récits de plus de 200 membres des premiers peuples et témoins qui vivent sur le territoire de la région de Champlain avec l’histoire du colonialisme de peuplement et les répercussions des politiques et des pratiques qui relèvent de cet indigénisme. Toutefois, malgré les propos tenus par Tommy Douglas, le fondateur du régime d’assurance-maladie, alors qu’il disait que « Le seul test qui importe en ce qui concerne notre caractère est la façon dont nous prenons soin des moins fortunés qui nous entourent », les principales conclusions de l’étude sur le racisme sur le territoire de la région de Champlain soulignent l’incapacité généralisée du système de soins de santé à répondre aux besoins des peuples autochtones.

 

Les 315 histoires de racisme anti-autochtone recueillies entre la fin de 2018 et le début de 2019 ont fait l’objet d’une validation subséquente. De là, les intervieweurs du projet de recherche du Centre Wabano ont déterminé, selon les critères qu’ils avaient élaborés, que 91 % des histoires correspondaient à des cas clairs de racisme envers les Autochtones. Les participants eux-mêmes ont dit croire que les stéréotypes négatifs circulant sur les peuples autochtones façonnaient la façon dont les fournisseurs de services de santé les traitaient.

 

Les cinq stéréotypes habituels liés aux peuples autochtones sont les suivants : les peuples autochtones sont racialement inférieurs; les personnes autochtones sont malades, elles souffrent de dépendances et elles sont mentalement troublées; les peuples autochtones représentent un fardeau; les personnes autochtones ont un tempérament colérique et agressif; les personnes autochtones sont de mauvais parents.

 

Étonnamment, dans la région, la fréquence des cas de racisme manifeste et caché et de discrimination est la plus élevée dans les services d’urgence et les maternités des hôpitaux (70,8 % à Ottawa et 65,2 % dans les communautés rurales), suivis des services de santé communautaire et des services paramédicaux. Il en va de même pour la persistance des stéréotypes négatifs.  

 

Voici quelques constatations qui ressortent du rapport :

 

76 % des participants estimaient qu’ils auraient pu recevoir un meilleur service s’ils avaient pu cacher leur identité autochtone;

 

26 % de tous les incidents de racisme signalés à l’endroit des Autochtones comprenaient également une ou plusieurs autres sources de discrimination fondées soit sur le sexe, l’orientation sexuelle, l’âge ou un handicap;

 

78 % ont rapporté qu’ils se sentaient souvent ou toujours victimes de racisme anti-autochtone dans le réseau de la santé;

 

59 % estimaient que les expériences de racisme et de discrimination qu’ils avaient vécues avaient eu un impact négatif sur leur bien-être physique;

 

73 % ont déclaré que leurs expériences dans le système de santé avaient eu une incidence négative sur leur bien-être mental.

 

69 % des participants ont indiqué qu’ils avaient réduit leur recours au système de santé en raison du racisme et de la discrimination qui y existait.

Collectivement, les résultats montrent clairement que les problèmes de discrimination et de racisme sont bien réels et qu’ils font partie des interactions quotidiennes avec les professionnels de la santé qui travaillent dans les cliniques, les hôpitaux, les services d’aiguillage et les services paramédicaux sur le territoire de la région de Champlain.

 

Pour tout dire, la solution pour lutter contre le racisme anti-autochtone omniprésent – voire en augmentation – réside dans l’action concertée entre les responsables de politiques et les législateurs afin que ces décideurs puissent trouver et mettre en place les mesures correctives locales et spécifiques suivantes :

Procéder à un examen des activités d’éducation, des programmes de formation et du matériel didactique associé destinés aux fournisseurs de services et de soins de santé dans le but de bien cerner toutes les lacunes qui subsistent en ce qui concerne la prise de conscience et la compréhension interculturelles des traumatismes historiques, et de combler ces lacunes, et de cibler les secteurs prioritaires pour mettre en place de la formation;

 

Procéder à un examen des critères des processus d’embauche et de promotion pour veiller à inclure des éléments de prise de conscience de la réalité autochtone et à identifier les attitudes racistes et anti-autochtones, selon le cas; et

 

Procéder à un examen des pratiques de contrôle, de supervision du rendement et d’évaluation pour veiller à ce que les attitudes et les comportements racistes soient mis en lumière, que des correctifs soient apportés, avec des conséquences claires en temps opportun et que des voies significatives de changements soient créées.

Le Centre Wabano pour la santé des Autochtones et ses partenaires de la Coalition font de cet état de fait un enjeu électoral en Ontario en demandant aux partis politiques de signer une déclaration qui aurait l’effet de mettre fin au racisme dans le système de soins de santé et d’en faire une priorité absolue.

 

Aussi, le rapport réclame qu’il y ait une collaboration entre tous les acteurs afin de développer des solutions systémiques en tant que seul moyen de contrer les problèmes systémiques et d’intégrer et d’opérationnaliser les objectifs de lutte contre le racisme en tant que partie intégrante du cycle continu de prestation des services. Santé Ontario doit travailler en partenariat avec les dirigeants autochtones locaux, les organismes de santé dirigés par des Autochtones et les membres de la communauté pour examiner les politiques et les procédures et étudier une façon de développer conjointement des initiatives ciblées afin de réduire les préjudices et d’améliorer les services aux clients autochtones.

 

Le rapport se conclut par un ensemble de recommandations, regroupées sous différents thèmes (chacun comportant une liste d’actions proposées et de mesures à prendre). Veuillez lire la déclaration pour voir la liste des recommandations et des mesures proposées.

OAC Logo.png